Révélations d’une fille unique

6 Flares Facebook 0 Twitter 5 Google+ 1 Pin It Share 0 6 Flares ×

Révélations d'une fille unique - Insolite RoutineAprès la journée du popcorn, des sous marins, du jus de cerise et des grilles pain, le 10 avril était celle des frères et sœurs ! (Pour les sous-marins et le popcorn, je suis sérieuse ça existe vraiment aux US). Pour cette occasion, j’ai assisté sur FB à l’échange de mots doux et photos complices entres frères et sœurs de mon entourage et Dieu sait que l’entourage est vaste sur Facebook. Tous ces témoignages d’affection m’ont rappelé que je suis fille unique ! Je me demande d’ailleurs comment j’ai pu oublier, car si vous n’avez pas remarqué à quelle fréquence la question « As-tu un frère ou une sœur ? » revient dans la vie… laissez-moi vous dire que c’est très souvent ! Quand vient l’heure de ma réponse, je me suis habituée à faire face à plusieurs catégories de réactions, il y a :

  • Les empathiques : Oh ma pauvre ! Est-ce que ça va ? Tu veux qu’on en parle ?
  • Les enthousiastes : Trop cool ! Comment tu as dû être mega gâtée !
  • Les jaloux : Ah ouai, ba moi j’aurai kiffé car ma sœur a toujours été la chouchoute de mon père
  • Les méfiants : euh… mais du coup t’es capricieuse, non ?
  • Les malins : Si tu veux, je te donne mon frère !
  • Les curieux : Alors… ça fait comment ?
  • Les devins : Tu sais quoi… je le savais !
  • Les paranos : Ah donc c’est pour ça… tout s’explique !
  • Les altruistes : Allé on a qu’à dire que je suis ton grand frère, ok ?

Les enfants uniques sont la source d’un tas de mythes. Leur enfance est soit idéalisée, soit maudite. Leurs qualités, leurs défauts voire leur personnalité tout entière s’expliquent forcément par ce constat sans appel : ils n’ont ni frère ni sœur ! Souvent il n’y pas de juste milieu, soit tu es super man car tu es fils unique, soit tu es un raté fini, car tu es fils unique. Pour moi, ce n’est ni une force, ni un handicap (oui j’ai lu ça quelque part, ça craint), c’est juste une caractéristique parmi tant d’autres !

Les idées reçues attribuées bien volontiers aux enfants uniques sont, selon moi, la conséquence d’un gros amalgame entre la personnalité de l’individu et l’éducation que ce dernier a reçue. Pour ma part, mes parents ont très bien su m’apprendre que ce n’est pas parce que j’étais la seule enfant à la maison que j’étais la seule sur Terre. Évidemment, le fait d’avoir été élevée seule va avoir une incidence sur la personne que l’on devient, mais dans quelle mesure ? Il y autant de réponses que d’enfant unique sur cette Terre. Au cours de mon parcours, j’ai croisé quelques égoïstes, quelques timides, quelques possessifs, quelques coléreux, quelques isolés… étaient-ils tous enfant unique ? J’en doute !

Le temps est donc venu de rigoler un petit peu avec les idées reçues. Je m’auto accorde donc un droit de réponse :

Les enfants uniques sont et c’est bien connu :

1) Pourris gâtés

pez1

Même pas vrai… moi aussi j’ai pleuré dans le cadi quand ma mère refusait de m’offrir les pezs qui criaient mon nom à la caisse des supermarchés!

2) Aux yeux de leur parent, la plus belle merveille du monde…

Mum… ce serait sympa mais malheureusement mon père m’a encore dit hier qu’il trouvait que j’avais grossi (via skype en plus, comme quoi ça a dû lui sauter aux yeux…)

3) Trop mis en valeur

Oui et crois-moi ce n’est pas facile tous les jours, j’ai d’ailleurs dû faire faire des portes sur mesure, car ma tête ne passait plus ! Ça m’a coûté une fortune, mais on s’en fou… devinez qui paye ?

4) Capricieux

Chéri, tu sais très bien que si je ne fais pas le tour du monde trois fois avant mes 26 ans c’est fini ! Et comme j’ai eu 26 ans cette semaine… tes valises sont prêtes !

5) Solitaire et déprimé

Le samedi soir c’est toujours ÉNORME : il y a moi, mon pot de glace Ben & Jerry, l’album de Saez et mon pyjama ! Qu’est-ce qu’on rigole !

6) Mauvais lorsqu’il s’agit d’interagir avec les autres

Toi pas comprendre moi ?!

7) Prétentieux

Heureusement que je relève le niveau, car vous êtes tous des nazes, bande de petites merdes !

8) La plus grande fierté de leur parent

Oui surtout la fois où l’instructeur du permis de conduire a annoncé à mon père que je ne l’avais toujours pas, car cette fois j’étais rentrée dans un buisson… ! Je vois encore les étoiles de fierté qui brillaient dans ses yeux !

9) Faibles quand il s’agit de se mesurer à autrui (conséquence d’un manque d’agressivité positive)

Tu vas voir où je vais te la mettre moi « ton manque d’agressivité positive » !

10) L’objet de hautes attentes en termes de réussite

Ne m’en parlez pas… ma mère me répétait encore hier qu’elle pensait sérieusement à me déshériter si je ne devenais pas Directrice marketing monde de Danone avant 30 ans.

Peut-être avez-vous déjà rencontré ce genre d’énergumène! Peut-être que certains enfants uniques répondent à ces étiquettes, après tout il n’y pas de fumé sans feux! J’ai même lu des témoignages d’enfants uniques qui expliquaient tout leur mal-être d’adulte par le fait de ne pas avoir eu de frères et sœurs. Je ne leur jette pas la pierre, j’ai juste envie de leur rappeler que leur expérience leur est propre et que nous sommes aussi nombreux à ne pas adhérer à ce genre de généralités. Nombreux à avoir évolué en étant bien dans nos baskets, entourés d’amis ou de de voisins avec qui nous avons construit des liens forts, avec qui nous avons développé notre agressivité positive en se battant pour un oui ou pour un non, avec qui nous avons appris à partager, à communiquer, etc.

Bien sûr je suis intriguée par ce lien que je ne connaîtrai jamais. Je me surprends aussi parfois à penser au futur, en me disant que je ne saurai pas ce que c’est d’être tante ! On pourrait imaginer que ces questions sont tristes, car elles expriment un vide, mais en réalité, en ce qui me concerne, il s’agit simplement de curiosité. Comme ces personnes qui me demandent « ça fait quoi d’être fille unique ? » et bien moi je me demande « ça fait quoi d’avoir un frère ou une sœur ? ».

47 Comments on Révélations d’une fille unique

  1. Asmaa
    16 avril 2014 at 16:35 (3 années ago)

    J’adore ton article ! Et je te rejoins à 200000% étant moi même fille unique ! Je ne me vois pas vivre autrement et je suis bien contente d’être la plus belle merveille du monde aux yeux de mes parents.
    Pour ce qui est des traits de caractères, « prétention, caprices » etc etc, je pense que c’est une question d’éducation. Perso, mes parents ne m’ont jamais rien refusé. Ce n’est pas pour autant que je suis une sale gosse, arrogantes, aux manières qui laissent à désirer. Je suis encore moins égoïste ou égocentrique. Je ne dis pas que je suis parfaite, comme tout le monde, j’ai mes défauts. Cependant, je ne pense pas que ces derniers aient un rapport avec le fait que je sois enfant unique.
    Je partage ton article sur twitter.

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:15 (3 années ago)

      Tout à fait! Le raccourci qui consiste à expliquer le moindre défaut ou trait de caractère par le fait d’être enfant unique est idiot! Merci pour le partage! Contente que l’article te parle Asmaa :-D A très vite!

      Répondre
  2. liferunaway
    16 avril 2014 at 17:04 (3 années ago)

    Tu m’as fait bien rire! vive les idées reçues!

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:18 (3 années ago)

      Les stéréotypes sont un vrai fléau! Ravie que le poste t’ait plu :-D A très bientôt!

      Répondre
  3. Roseetsonbazar
    16 avril 2014 at 19:59 (3 années ago)

    Je suis aussi fille unique et ne me reconnais pas non plus dans ces fameux « préjugés ». Perso, j’ai beau être fille unique, j’ai envie de dire « encore heureux » car mes parents n’avaient déjà pas assez d’argent pour un enfant, alors pour deux… Peut être méchant mais réaliste. J’ai été gatée mais pas tant que ca, j’ai surtout connu les problèmes financiers et familiaux tout comme je me suis aussi ennuyée petite… Enfin, être fils/fille unique, ca n’a rien de très drôle non plus.

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:23 (3 années ago)

      Je comprends tout à fait! J’ai eu la chance d’habiter un petit village plein d’enfants avec qui m’amuser tous les soirs après l’école, et pourtant je trouvais parfois le temps long! En ce qui concerne mes études, moi aussi je suis bien contente d’avoir été le centre d’intérêt unique de mes parents car je n’aurai pas pu avoir le parcours dans les établissements qui j’ai fréquenté si j’avais eu des frères et sœurs. Merci pour ton témoignage Rose :-D

      Répondre
  4. Lili
    16 avril 2014 at 21:04 (3 années ago)

    Merci Marion d’avoir parlé au nom de toutes les filles uniques :-)
    Non, nous ne sommes pas égoïstes, capricieuses, solitaire et déprimée !!!

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:26 (3 années ago)

      Oh Lili ravie de te voir par ici! ça me touche que tu te sois reconnue dans l’article!! Je t’embrasse. A bientôt

      Répondre
  5. Bibiche
    16 avril 2014 at 23:03 (3 années ago)

    Coucou Marion, je lis tous tes articles mais sans les commenter cependant là l’occaz est trop belle. J’ai dîné avec tes parents samedi soir et justement on discutait du fait d’être fille unique et tout et tout et alors cet article tombe à pique! rien que pour ça chapo bas! je suis ravie d’avoir ton point de vue sur la question parce qu’il ne nous manquait plus que le tien :) J’espère que tu vas bien, saches que tu nous fais baver très régulièrement avec tes voyages ici et là, t’as pas fait le tour du monde mais enfin tout de même ! Quand tu en auras marre on finira bien par te croiser par chez nous ;) d’ici là : à la revoyure !

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:30 (3 années ago)

      CC bibiche! Je suis contente d’entendre que tu suis le blog et heureuse d’avoir apporté ma contribution tardive et inconsciente à votre conversation haha! Quel drôle de hasard! Je t’embrasse et à la revoyure par chez nous :-D

      Répondre
  6. Margarida
    17 avril 2014 at 11:52 (3 années ago)

    Moi aussi je suis fille unique et moi aussi je partage cette « curiosité » de savoir ce que ça fait d’avoir des frères et soeurs, sinon pour le reste j’ai été/je suis très heureuse. Tout cela ne sont que des clichés, tout dépend de l’éducation reçue et du caractère de l’enfant même.

    J’ai été bien entourée par des cousins/es et mes parents ne me donnaient pas tout et ils ont aussi été les premiers à me pousser à voyager, à échanger avec les autres, etc.

    Après, ce qui est vrai, c’est que maintenant, du haut de mes 34 ans, je me sens la seule et unique responsable de mes parents.

    A mon tour d’être maman, j’ai une petite fille de bientôt 1 an, et on verra si on lui donne des frères/soeurs. Comme je ne l’ai pas mal vécu du tout je ne ressens pas ce besoin de créer un climat différent.

    Enfin, très bon sujet! Un jour, à mon tour d’en parler :-)

    Belle journée !

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:37 (3 années ago)

      Merci pour ton commentaire! Le point que tu viens de soulever est très intéressant. Même si je n’ai pas encore la trentaine, je ressens moi aussi ce sentiment de responsabilité envers eux. Je m’inquiète notamment en termes de santé… S’il n’y avait que moi, ils seraient toutes les semaines en train de faire un checking complet lol! Il est évident que le vieillissement effraye et que le soutien d’un frère ou d’une sœur dans ces problématiques de la vie ne serait pas de trop!

      Répondre
      • Marion
        23 septembre 2014 at 10:50 (3 années ago)

        C’est drôle, je m’appelle Marion et je suis aussi fille unique.
        Et je ne me sens pas rentrer non plus dans ces stéréotypes sur les enfants uniques.
        Même si je n’ai jamais manqué de rien, je n’ai pas été plus gâtée, voire même peut-être moins que mes cousins/cousines parce que justement mes parents faisaient attention à ne pas me « pourrir ».
        Et c’est seule que j’ai du les affronter à l’adolescence…
        Pour moi aussi les rapports frères/soeurs reste un mystère qui éveille ma curiosité, et je suis souvent désemparée face à mes deux garçons, parce que je n’ai aucune expérience sur le sujet! Et cette relation qu’ils nouent m’est étrangère.
        Et là a quarante ans passée, en instance de divorce, j’ai cette chance de pouvoir savoir ce qu’est être seule et gérer tout de front, entourée bien sur des amis et des parents.
        Parents vieillissants, (m’a mère m’a eu à 31 ans, chose normale de nos jours pas pas si courant avant), et là je suis confortée à ma grande peur d’enfant: être seule face à l’idée de leur disparition, de leurs maladies, et comment affronter cela seule…
        Et je suis en plein de dedans mon père vient d’être hospitalisé et ma mère est en panique et je suis seule!
        Voilà, être enfant unique n’est ni une chance, ni un calvaire, c’est juste un prérequis à nos vies, comme le fait d’être blanc, noir, jaune, violet à pois verts (là ça doit vraiment être dur à assumer!)

        Répondre
  7. Fi
    17 avril 2014 at 12:07 (3 années ago)

    Merci pour cette petite mise au point!
    Moi qui viens d’une fratrie de 6 enfants (où on entend aussi ‘ça fait quoi d’être si nombreux?’!), je désespère d’avoir un fils unique (cause pathologiques qui fait que…). J’ai du mal à le supporter et l’assumer, souhaitant au départ 4 enfants…Mais la vie en décide autrement!
    Je me dis ‘mais tu vois lui, c’est une pire peste, pffff il est fils unique c’est normal, regarde le avec sa mère hinhin », et « OMG le mien va devenir comme ça!!’, et encore ‘mais cette fille, quelle carne, normale, c’est une fille unique’….
    et en fait, en reprenant mon côté intelligent, je me dis que oui, y’a des c*** partout, enfants uniques ou pas!!!!!
    J’ai peur qu’il s’ennuie aussi…nous qui avons passé notre jeunesse à ‘se frapper’, disons se chercher, se battre, s’agacer…. ça nous occupait!!
    Mais tu as bien fait de faire cet article, ça remet les choses à leur place pour les étriqués et flippés comme moi, bourrés de clichés, merci! Il faudra que je le garde bien à l’esprit ce post!

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:43 (3 années ago)

      Ton message est un vrai petit bonheur à lui tout seul… si l’article peut t’aider à faire évoluer ton opinion alors je serais comblée :-) Je suis désolée que tes envies de grande famille soient difficilement atteignables, mais si ça peut aider sache qu’il n’y aucune raison pour que ton enfant souffre d’être unique. L’une des clés réside dans cette phrase « ce n’est pas parce-que tu es le seul à la maison que tu es le seul sur terre »! ça plus une bonne sociabilisation et tout ira bien :-D

      Répondre
  8. Emilie
    17 avril 2014 at 12:17 (3 années ago)

    Merci énormément pour cette article qui me rassure tu ne sais pas à quel point : pour ma part, j’ai un frère, une soeur et UNE fille et je ne veux pas d’autres enfants. La question récurrente : c’est pour quand le deuxième ? je hais cette question, c’est bien sûr HORS NORME de n’avoir qu’un enfant. Mais ton article me rassure pour ma fille car il est vrai que parfois je culpabilise de ne pas vouloir d’autres enfants et de ne pas vouloir lui offrir de frère ou de soeur mais maintenant je sais qu’elle ne sera pas plus malheureuse qu’une autre, à nous, parents, de bien faire notre travail ! Merci encore

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:49 (3 années ago)

      Emilie, tu as tout à fait cerné le message de l’article! L’éducation est déterminante. Rassure toi, il n’y a pas du tout de quoi culpabiliser! Jamais de la vie je n’en ai voulu à mes parents. Elle sera comblée cette petite :-D

      Répondre
  9. Miss,appelezmoimiss
    17 avril 2014 at 13:09 (3 années ago)

    C’est vrai que les stéréotypes ont la vie dure. je me rappelle quand j’étais petite je jalouseais mes copines filles uniques, car nous étions 4 chez nous et elles avaient « plus ». Maintenant plus du tout ^^ je suis contente d’avoir de bons moments en famille. Donc au final, unique ou pas c’est pareil quand on grandit effectivement.

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:52 (3 années ago)

      Ce n’est pas moi qui vais te contredire sur l’importance de la famille! Merci pour ton message :-D

      Répondre
  10. Piuf
    17 avril 2014 at 13:40 (3 années ago)

    oHHH que c’est vrai!! fille unique, non pas par envie de mes parents mais juste que la vie est ainsi faite.
    Bon je dois dire que ce sera toujours un regret de ne pas ressentir cet amour, celui d’un frère d’une soeur mais c’est comme ça!
    La seule chose que je peux regretter c’est de ne jamais avoir entendu : « QUIIIIIII A FAIT CA? » parce que, de toutes façons, ça ne pouvait être que moi!!
    être enfant unique m’a appris à savoir être seule et ne pas m’ennuyer, trouver toujours qqchose à créer, et à développer mon imagination.
    Bref, être enfant unique, y a pire :D

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 16:58 (3 années ago)

      « QUI A FAIT çA » haha! J’étais entourée de nombreux enfants autour de chez nous, mais j’ai aussi beaucoup joué seule! Et tu as raison, je développais aussi mes propres jeux. Je me souviens imaginer un tas de personnages et de mises en scène! Non nous ne sommes pas 15 dans ma tête haha!

      Répondre
  11. Ghislaine B.
    17 avril 2014 at 14:24 (3 années ago)

    J’ai bien rit en lisant ton article ! je suis aussi enfant unique et en plus la seule petite fille du coté de mon père. Résultat je n’ai manqué de rien mais effectivement j’avais toujours un débat à la caisse avec ma mère pour qu’elle m’achète des Pez ! D’ailleurs c’est moi qui les achète maintenant. Les idées reçues j’en ai eu et j’en ai encore des tas de la part des gens que je rencontre alors que j’ai maintenant 24 ans.
    Pour rien au monde j’aurai voulu un frère ou une sœur, j’ai des amis et beaucoup de cousins cousines du coté de ma mère avec qui je suis super proche et avec qui il a fallut que je partage mes jouets et gâteaux, l’avantage c’est qu’ils rentraient chez eux enfant. J’ai appris à partager, à jouer et m’occuper toute seule, à être indépendante et tout ça grâce à l’éducation que mes parents m’ont donnée.
    En tout cas je suis fière d’être fille unique et attention à ceux qui arrivent avec les préjugés maintenant.

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:10 (3 années ago)

      haha Tu as finalement eu ta revanche su les Pezs!!! Tu as raison les occasions d’apprendre à partager et vivre en société sont nombreuses même sans frère et sœur!

      Répondre
  12. Marion
    17 avril 2014 at 14:26 (3 années ago)

    Très chouette article qui me rassure un peu quant à l’avenir de ma fille (unique de 4 ans). Son papa ne veut pas avoir d’autre enfant si bien que malgré le fait que nous venions l’un et l’autre de famille nombreuse, elle ne saura pas ce que c’est que d’avoir une soeur ou un frère. Moyen en cas, je tiens à apporter mon témoignage; je suis issue d’une famille de 4 enfants, et je peux assurer que nous avons tous des tempérament différents. J’insiste également sur le fait que nous sommes 4, mais que nous nous entendons mal, que les repas de famille dégénèrent très souvent et que je préfère 100 fois un we entre copines que l’idée de partager un repas en fratrie…
    Ce qui me conforte (en plus de ce joli article) dans l’idée que ma fille n’a pas nécessairement besoin de frère et soeur…

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:15 (3 années ago)

      C’est drôle c’est un point que j’avais pensé aborder dans l’article. C’est bien que tu en parles ici. Quand je vois le nombre de familles qui se déchirent entre frères et sœurs, je te rejoins et suis ravie d’être certaine de ne jamais être confrontée à cette situation!

      Répondre
  13. Vylenefermiere
    17 avril 2014 at 14:38 (3 années ago)

    Étonnant car je me reconnais très bien à travers ton article. J’ai souvent entendu ces phrases bâtardes et eu en face de moi des gens qui faisaient les grands yeux. Pourquoi je l’ignore et je m’en fous, je ne regrette pas d’être « seule » et je ne considère pas rentrer dans les clichés. Tout dépend de l’éducation effectivement. J’ai toujours été bien ainsi et quand je vois comment ça se passe dans les familles des autres et les plaies qu’il faut supporter, non merci. (Je pense à la sœur de mon homme et à son mec. Des ordures ménagères.)

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:42 (3 années ago)

      Oui comme nous disions plus haut… assister au déchirement de certains frères et sœurs ça ne fait rêver c’est certain! Merci d’avoir laissé un petit mot :-D

      Répondre
  14. Just
    17 avril 2014 at 14:45 (3 années ago)

    Je suis un peu fille unique aussi, enfin j’ai quand même deux frères, mais je suis quand même unique en mon espèce, sinon si tu veux savoir ce que ça fait d’avoir des frères en faite pas grand chose, juste que tu dois te coltiner d’autres belles-sœurs un peu chiantes ! ;-)

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:46 (3 années ago)

      haha!!! Les belles-sœurs vaste sujet visiblement :-D

      Répondre
  15. marion
    17 avril 2014 at 15:53 (3 années ago)

    bon alors je fais un petit frère au bébé pic-vert ou pas ?!!!

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:48 (3 années ago)

      Si la question se pose c’est que l’envie est là! Alors fonce :-)

      Répondre
  16. Touche pas à mes Bouquins !
    17 avril 2014 at 16:13 (3 années ago)

    Intéressant ton article! J’ai un frère et une soeur, et comme je suis la dernière, je n’ai jamais été le seul enfant de la maison. Je conçois pas du tout ma vie sans en fait, vu que la fraternité en est l’un de ses fondements. Mais c’est surtout que je suis née avec et que je ne connais que ça.
    Après je connais aussi des enfants uniques, et chaque expérience est évidemment différente. C’est toujours une affaire de clichés, parce qu’on aime bien mettre les gens dans des cases.

    xoxo
    Lily

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:59 (3 années ago)

      J’ai des amis aussi extrêmement soudés et proches de leurs frères et sœurs. En tant qu’observatrice, je trouve ce lien très beau. Moi qui ai grandi sans, ça ne m’a pas manqué pour autant. Merci pour le témoignage :-D

      Répondre
  17. midicuisine
    17 avril 2014 at 17:48 (3 années ago)

    Et quand fille unique toi même tu oses « reproduire » une autre et unique fille… et bien tu multiplies les clichés par deux ;-)

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:16 (3 années ago)

      haha!!! Les clichés ont encore une longue vie devant eux alors :-D

      Répondre
  18. Sandrine
    17 avril 2014 at 19:43 (3 années ago)

    Ah oui tous ces clichés…
    Je suis aussi fille unique et j’y ai eu droit également. Quand j’étais enfant, c’était surtout « t’es pourrie gâtée », alors ce n’était pas vraiment le cas. Aujourd’hui, on s’étonne quand je dis que je n’ai pas de frère, ni de soeur car on me trouve « généreuse et communicative », comme quoi il y en a encore des préjugés à abattre…

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:18 (3 années ago)

      C’est dingue quand même que les gens soient carrément étonnés que nous puissions être pourvues de qualités telles que celles que tu as citées! ça m’exaspère!

      Répondre
  19. Marie
    18 avril 2014 at 00:58 (3 années ago)

    Fille unique, hyper fière, pourrie gâtée, 8° merveille de notre monde à nous .oO( Mes parents et moi )… J’ai .oO( Par politesse peut être) appris à partager, à m’ouvrir aux autres, à échanger, et bien qu’elle ne soient pas innées mais acquises, ces qualités n’en reste pas moins formidables…

    Et je tenais à vous dire que ce que vous prenez pour de la prétention n’est rien d’autre qu’une sorte d’agressivité positive transformée en amour inconditionnel de la performance dans tous les domaine! .oO( LOL )

    Notre grande particularité, repose en fait sur cette interrogation quasi existentielle de notre devenir après le décès des parents! Ce sentiments d’appartenir à un tout plus vide que le vide lui même! Cette prise de conscience est douloureuse, mais on continue d’apprendre… Parce que la vie est ainsi faite et que s’est sûr on s’en sortira, parce qu’on l’a toujours fait!

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:22 (3 années ago)

      J’ai adoré ton commentaire :-D Surtout « l’amour inconditionnel de la performance dans tous les domaines » haha!!! Plus sérieusement, tu réveilles de profondes questions qui me parlent énormément!

      Répondre
  20. Chine
    18 avril 2014 at 03:23 (3 années ago)

    Ton article est intéressant et est plein de bon sens. Malheureusement, le bon sens en Chine Continentale, c’est pas ça… et en Chine, le pays « communiste », tu peux généraliser… c’est comme ça et c’est dramatique. Car une seule façon de pensée (ça commence à changer mais là encore c le chaos… ), les parents qui doivent laisser leur enfant unique (pas de choix hein, politique de l’enfant unique… sinon amendes etc…) aux grands-parents qui n’ont pas la même vision du monde (lavage de cerveaux, ça n’aide pas). Donc tous les clichés de l’enfant empereur existent vraiment pour 90% des chinois et c’est juste invivable. Les parents qui voient leur enfant (enfant assurance pour la retraite) deux fois par an, les grands-parents qui n’ont plus de force pour courir après un bébé de deux ans… je vois des tas d’horreur chaque jour depuis des années (non, je ne vis pas dans les bulles d’expats non plus). 1 enfant chinois soit prendre en charge 12 adultes en gros… beaucoup de pressions pour tout, le taux de suicide est important… chaque jour est un spectacle du grand n’importe quoi. Je peux en parler pendant des heures bref chaque seconde par ici, il se passe mille trucs absurds…

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:27 (3 années ago)

      OMG! En écrivant cet article, j’étais bien loin de penser à la réalité de la Chine! Ton commentaire est très interloquant. Je n’ose pas imaginer cette pression qui pèse sur les enfants uniques là-bas! J’ai un ami chinois et je vais sans aucun doute aborder le sujet avec lui, je suis curieuse d’avoir son opinion sur la question. Merci beaucoup de donner un côté multiculturel à la réflexion!

      Répondre
  21. Gagou
    18 avril 2014 at 08:05 (3 années ago)

    En tant que fille unique ton article m’a bien fait rire, c’est tout à fait ça ^^

    Répondre
    • Marion Taveau
      18 avril 2014 at 17:29 (3 années ago)

      Great :-D :-D

      Répondre
  22. Nicefrany
    21 avril 2014 at 21:51 (3 années ago)

    Bonjour,

    Ton article me touche beaucoup. J’ai une fille unique qui aura 7 ans dans 2 jours. Ce ne fut pas un choix de ma part mais mon mari ne veut pas d’autre enfant et comme pour un enfant doit se faire à deux, elle restera fille unique. Même aujourd’hui cela reste assez rare (elle est la seule de sa classe dans ce cas) et je ne sais pas encore comment elle évoluera. Ce que je sais, c’est que j’espère que ce sera pas trop dure pour elle quand nous serons vieillissants voire dépendants (enfin c’est pas demain hein) et puis je n’avais jamais pensé qu’elle ne serait jamais tante avant de te lire.
    Ça me fend le cœur. Ton blog est très intéressant

    Répondre
    • Marion Taveau
      22 avril 2014 at 16:23 (3 années ago)

      Je t’avoue que la peur du vieillissement des parents est présente, mais dans certains cas c’est encore plus compliqué à gérer dans une fratrie de plusieurs enfants… Merci pour ton témoignage!

      Répondre
  23. LudiM
    22 avril 2014 at 09:43 (3 années ago)

    J’ai été interpellé par le titre de ton article, étant moi-même fille unique (une de plus!!!)? J’ai beaucoup ri , la réflexion la plus fréquente pour moi quand j’annonce le scoop, c’est: « oh, on dirait pas »! o_O
    Et ma grande question d’enfant unique, c’était comment, en tant que maman, gérer un premier enfant puis des rapports frères/soeurs que je n’avais jamais connu. Finalement j’ai eu des jumeaux pour commencer, donc un lien bien particulier que pas grand monde ne connaît…. Et les mêmes réflexions tordues :-D

    Répondre
    • Marion Taveau
      22 avril 2014 at 16:14 (3 années ago)

      haha! « oh on dirait pas » !!!
      Pour les jumeaux, le vie est vraiment drôle! Je suis certaine que les liens vont se gérer tout naturellement :-D

      Répondre

Leave a reply to Asmaa Cancel reply